Quoi ma gueule !

Analyse subjective de la démographie bas-marchoise

Un dossier sur la démographie bas-marchoise. Pourquoi faire ? Pas pour pleurnicher sur notre sort en nous disant que c’était mieux avant, que ce territoire perd des habitants, que c’est foutu, qu’on peut rien faire ; à Mefia Te ! c’est pas notre genre, de nous lamenter, d’autant qu’on croit sincèrement à l’avenir des territoires ruraux. Pas non plus pour créer un « peuple bas-marchois » factice et mettre notre territoire sur un piédestal, en regardant le reste avec mépris du haut de nos remparts ; on a trop écouté La Ballade des gens qui sont nés quelque part de Brassens et on veille à ne pas devenir des chauvins, des porteurs de cocardes, des imbéciles heureux qui sont nés quelque part. Mais alors pourquoi faire, ce dossier ?

Au départ, il y a un simple constat. En vivant ici, en y travaillant tous les jours, on croise des gens qui sont nés ici, qui y sont restés ; d’autres qui y ont grandi, puis sont partis, puis revenus ; d’autres qui ont débarqué il y longtemps d’un autre coin de France ou du monde ; d’autres encore qui sont fraîchement arrivés. On entend parler Français évidemment, mais aussi beaucoup Anglais, et parfois Arabe, Néerlandais… Un territoire vivant, quoi. Loin du cliché sur la campagne en général, et sur le Nord de la Haute-Vienne en particulier. Et ce cliché nous casse violemment les oreilles, pour deux raisons. D’une part, il entretient cette image dégradante d’une campagne qui aurait loupé le train en marche ; les gentils bouseux qui continuent à vivre entre eux, et qui ne connaissent rien du monde ouvert d’aujourd’hui. Mais d’autre part, paradoxalement, cette – fausse – image de la campagne inchangée, éternelle, est bien pratique pour les furieux qui veulent nous faire croire que le grand remplacement arrive dans nos villes ; comme si les campagnes restaient « pures » à leurs yeux. Pour nous, la Basse-Marche est un territoire vivant, ouvert et cela se ressent dans sa population, attachante de par sa diversité en termes d’âges, de milieux sociaux et professionnels, d’histoires familiales, de régions ou de pays d’origine, etc. C’est précisément cela que l’on souhaitait mettre en relief dans un dossier sur la démographie locale.

Sauf que nous ne sommes ni démographes, ni statisticiens, ni sociologues, ni géographes, et surtout, le journal étant porté par des bénévoles ayant de « vraies » vies professionnelles, nous n’avons pas le temps de nous lancé dans des enquêtes XXL… Pas de graphiques dans ce dossier, donc, pas de non plus tableaux de décomposition de la population bas-marchoise en fonction de tel ou tel critère. Non, on ne sait pas faire ça. Mais nous savons vous parler des hommes et des femmes du territoire. Et dans ce dossier, nous avons simplement voulu les montrer. Comme pour incarner le territoire. La Basse-Marche, ce sont les générations précédentes évidemment, et nous faisons un panorama historique dans le premier article. Mais la Basse-Marche, c’est nous, c’est vous, ce sont tous les portraits que nous proposons dans ce dossier, et plein d’autres évidemment, toute sélection étant subjective, discutable et non-exhaustive… Il est bien probable que ce dossier se transforme en rubrique régulière ; au final, il va nous en falloir, des numéros, pour vous présenter le bigarré peuple bas-marchois 

Édito du dossier, par la rédaction, à lire dans le Mefia Te ! numéro 12

ARTICLES RECENTS
Extrait

Pars à deux pas, dis !

Par un heureux hasard, nous avons reçu deux propositions d’articles similaires venant de deux différentes familles de lecteurs et de lectrices de...
>
Extrait

Petit Poucet devenu Vieux Sage

Nous voilà donc à traverser les Monts de Blond d’Ouest en Est pour aller faire la connaissance de cet homme chez lui,...
>
Accès libre

Mefia Te ! c’est toi !

Il paraît que l’âge de raison, c’est autour de sept ans. On a donc de la marge : en 2024, on fêtera...
>

LE BLOG >

Ciné débat « Qu’est-ce qu’on attend ? » 1er juin, à 20h

2053 : Retour vers le futur pour le journal Mefia Te ! L’équipe du journal...

« S’abstraire du principe de réalité »

La semaine dernière, lors de son intervention télévisée du mercredi 22 mars 2023, le Président de la...

5 € tous les 3 mois, c’est cher ?

Touche pas au grisbi ! Au moment de payer votre journal chez votre vendeur de presse préféré, vous...

Dernière ligne droite avant Noël -> offrez de la lecture locale !

Idée cadeau ! Psst, on vous a préparé une jolie carte-cadeau si vous souhaitez offrir des abonnements...

Le journal Mefia Te ! passe du papier au grand écran

L’équipe du Journal Mefia Te !, le journal de la Basse-Marche, propose un nouveau rendez-vous : les « ciné-débats Mefia Te ! ». Souhaitant aborder sous...

Colère noire, couleur clarinette

Samedi après-midi 3 septembre 2022, 16h, au sortir de l’école de musique de Bellac. Je suis entouré de jeunes musiciennes en larmes,...

Masque obligatoire dans les rues de Bellac : voyage en Absurdistan

Bellac. Petite bourgade de 3.500 habitants, à peine. Concernée par l’épidémie de COVID au même titre que toutes les autres communes de...

Portrait # 5 – Alban

Et si on vous présentait les contributeurs de Mefia Te? Voici le jeune Alban, qui se présente comme collégien, musicien, VTTiste...