5 € tous les 3 mois, c’est cher ?

Touche pas au grisbi !

Au moment de payer votre journal chez votre vendeur de presse préféré, vous vous êtes sans doute dit « Tiens, l’inflation a fini par toucher Mefia Te ! aussi, merde alors ! » C’est vrai, nous avons dû augmenter le prix de vente du journal. Les raisons de ce choix sont assez simples, nous vous les exposons ici et nous en profitons pour vous faire une petite présentation du fonctionnement général de notre modeste journal associatif.

Le nerf de la guerre
Il en va de l’activité d’un journal associatif comme de celle de n’importe quelle entreprise : pour pouvoir regarder l’avenir sereinement, il faut d’abord veiller à sécuriser l’équilibre financier du projet. On a beau se présenter parfois comme de doux utopistes et s’engager bénévolement au service d’un journal de territoire, on n’en garde pas moins les pieds sur terre. Mefia Te ! existe depuis presque 4 ans maintenant. Il est fabriqué par des rédacteurs, illustrateurs, photographes, tous bénévoles, vivant sur le territoire de la Basse- Marche et soucieux de la mise en valeur de ce territoire rural, curieux de son avenir. Pour chaque numéro, nous comptons généralement sur la contribution d’une bonne vingtaine de personnes, parmi lesquelles des enseignants, des agriculteurs, des graphistes, des salariés issus du secteur de la santé, de la culture, des retraités, des lycéens parfois, etc. Des contributeurs bénévoles donc, malgré les heures passées en réunions nocturnes.
Pas de salariés, pas de bureaux, pas de matériel. Que du « do it yourself » ou presque !

Nos dépenses : mise en page, impression, distribution
Les dépenses du journal sont donc assez basiques : frais de conception graphique de chaque numéro, réalisée par les doigts de fée d’un illustrateur qui nous accompagne depuis le début de l’aventure ; frais d’impression, effectuée en Haute-Vienne ; frais de distribution, assurée par un prestataire « pro » pour tous les dépôts presse classiques (en contrepartie de cette prestation, pour les numéros vendus dans ces dépôts, notre association ne touche que 60 % du prix de vente du journal) ; et enfin frais d’envoi postal pour les abonnés. De l’autre côté, en recettes, nous comptons sur les abonnements – près de 250 à ce jour – et sur les ventes à l’unité, entre 300 et 500 exemplaires selon les numéros. Depuis l’année dernière, nous bénéficions également du soutien de l’État, à travers le Fonds National de Soutien à la Presse Sociale de Proximité. Cette subvention nous a permis de sécuriser le projet, mais elle n’est sans doute pas éternelle et il nous faut donc être vigilants quant à nos finances ! Or, après presque 4 ans d’existence, nous avons regardé les chiffres de plus près et nous nous sommes rendu compte qu’en l’état, sans prendre en considération l’aide publique, nous perdions environ 1 € à chaque exemplaire vendu ! Si les ventes continueront sans doute à augmenter, elles n’exploseront pas non plus au point de changer cet équilibre précaire. Par ailleurs, nous avons fait le choix, depuis le départ, de ne pas faire appel aux encarts publicitaires, ni aux subventions des collectivités locales ; pour être critique, c’est mieux d’être indépendant. Notre principal levier d’action, c’est donc le prix du journal.

Nos recettes : c’est vous ! (et l’État, mais finalement c’est vous aussi…)
Un journal papier trimestriel, au format A3, en couleurs, avec de beaux articles, de belles photos, de belles illustrations, le tout pour 3,50 €, franchement, c’était pas cher. Vous étiez nombreux à nous le signifier d’ailleurs, depuis un moment. Nous avons donc décidé de franchir le pas et d’augmenter le tarif du journal, qui coûtera donc désormais 5 €. Certains parmi vous trouveront ça normal, d’autres trouveront ça trop, d’autres encore pas assez ! Quoi qu’il en soit, les retours chaleureux que vous nous faîtes souvent sur la qualité de notre modeste canard local nous confortent dans ce choix. En lien avec ce nouveau prix au numéro, nous proposons aussi de nouvelles offres d’abonnement. Aux oubliettes les abonnements « 6 numéros » (on devait être fatigués quand on a pondu ça), place aux abonnements pour un ou deux ans, avec différents choix, en fonction de vos moyens du moment ! Pour 20 € par exemple, vous recevez les 4 livraisons annuelles du journal Mefia Te ! directement dans votre boîte aux lettres ; et si vous le souhaitez, on vous laisse toujours la possibilité de faire la bonne fée, cf. autres formules d’abonnements au dos de cette page ! Voilà, on vous a tout dit. Merci de votre soutien en tout cas, et longue vie à Mefia Te !

Article des Chouettes de la Rédac’ à lire dans le Mefia Te ! numéro 16

ARTICLES RECENTS
Extrait

Le mille-feuille de l’automne

Au moment où nous écrivons ces lignes, l’automne est déjà bien entamé. En sillonnant les routes et les chemins de Basse-Marche, on...
>
Extrait

Le côté clair-obscur

C’est quoi ce drôle de titre ? La rédaction a-t-elle été prise d’assaut par des fans de Star Wars qui hésitent encore...
>
Extrait

Pars à deux pas, dis !

Par un heureux hasard, nous avons reçu deux propositions d’articles similaires venant de deux différentes familles de lecteurs et de lectrices de...
>

LE BLOG >

Au village sans prétention, l’école a mauvaise réputation

Chaque année, sur notre territoire, des classes et des...

Ciné débat « Qu’est-ce qu’on attend ? » 1er juin, à 20h

2053 : Retour vers le futur pour le journal Mefia Te ! L’équipe du journal...

« S’abstraire du principe de réalité »

La semaine dernière, lors de son intervention télévisée du mercredi 22 mars 2023, le Président de la...

5 € tous les 3 mois, c’est cher ?

Touche pas au grisbi ! Au moment de payer votre journal chez votre vendeur de presse préféré, vous...

Dernière ligne droite avant Noël -> offrez de la lecture locale !

Idée cadeau ! Psst, on vous a préparé une jolie carte-cadeau si vous souhaitez offrir des abonnements...

Le journal Mefia Te ! passe du papier au grand écran

L’équipe du Journal Mefia Te !, le journal de la Basse-Marche, propose un nouveau rendez-vous : les « ciné-débats Mefia Te ! ». Souhaitant aborder sous...

Colère noire, couleur clarinette

Samedi après-midi 3 septembre 2022, 16h, au sortir de l’école de musique de Bellac. Je suis entouré de jeunes musiciennes en larmes,...

Masque obligatoire dans les rues de Bellac : voyage en Absurdistan

Bellac. Petite bourgade de 3.500 habitants, à peine. Concernée par l’épidémie de COVID au même titre que toutes les autres communes de...