On n’est pas des moutons !


Bien que piètres astrologues, à l’heure où nous écrivons fébrilement les lignes de ce deuxième Mefia Te !, nous avons la conviction que cet été 2019 verra notre beau territoire briller sous le signe du mouton. Moutons au Dorat, bien sûr, avec le Mondial de tonte organisé pour la première fois en France. Moutons à Bellac également, avec le festival d’art urbain Colle des moutons, dont les œuvres ont donné un peu de peps au centre-ville bellachon, et c’est tant mieux. Du mouton encore au programme du Festival National de Bellac, sous forme de clin d’œil, et du mouton toujours avec le 20e Salon Tech Ovin, les 4 et 5 septembre à Bellac ! On en connaît qui sont au bord de l’indigestion ovine, mais l’équipe de Mefia Te !, que Panurge n’aurait pas reniée, s’est dit que la meilleure façon de coller à l’actualité locale était de vous offrir un deuxième numéro très ovin. Et encore, on aurait pu ajouter une rubrique « Comment faire un bon méchoui ? » Oui mais non.

Continuons à filer la métaphore ovine. Comme le mouton, l’homme est d’instinct grégaire, ce qui le pousse à vivre en troupeaux. Pour les ruraux que nous sommes, l’analogie entre le troupeau de moutons et la ville est évidente : dans les deux cas, ils sont très nombreux dans un espace réduit et de fait, ils forment une communauté. Mais ici, en Basse- Marche, dans cette contrée périphérique que les mauvaises langues qualifieraient de désert, comment crée-t-on du lien social ? C’est la question que nous avons voulu explorer dans le dossier de ce trimestre, en essayant d’y répondre à travers les différentes facettes que revêt cette notion de lien social. Construire des choses ensemble ; c’est pour nous un sujet fondamental qu’il nous paraissait important d’aborder dans la jeunesse de Mefia Te !.

Évidemment, nous prenons vos nombreux mots de soutien et les presque mille premiers exemplaires vendus comme un encouragement à poursuivre l’aventure de ce nouveau journal. Continuez à nous aider en achetant Mefia Te !, en vous abonnant et en nous envoyant vos idées et contributions. Mais surtout, continuez à faire vivre la Basse-Marche par vos initiatives et votre créativité. Car on a beau vivre au pays du mouton, on n’est pas des moutons !

ARTICLES RECENTS
Extrait

Fichues affiches !

Vous connaissez la chanson « J’suis snob », de Boris Vian ? On y a pensé en lisant cet article Rurââleur, qui...
>
Extrait

Le côté clair-obscur

C’est quoi ce drôle de titre ? La rédaction a-t-elle été prise d’assaut par des fans de Star Wars qui hésitent encore...
>
Extrait

Petit Poucet devenu Vieux Sage

Nous voilà donc à traverser les Monts de Blond d’Ouest en Est pour aller faire la connaissance de cet homme chez lui,...
>

LE BLOG >

Au village sans prétention, l’école a mauvaise réputation

Chaque année, sur notre territoire, des classes et des...

Ciné débat « Qu’est-ce qu’on attend ? » 1er juin, à 20h

2053 : Retour vers le futur pour le journal Mefia Te ! L’équipe du journal...

« S’abstraire du principe de réalité »

La semaine dernière, lors de son intervention télévisée du mercredi 22 mars 2023, le Président de la...

5 € tous les 3 mois, c’est cher ?

Touche pas au grisbi ! Au moment de payer votre journal chez votre vendeur de presse préféré, vous...

Dernière ligne droite avant Noël -> offrez de la lecture locale !

Idée cadeau ! Psst, on vous a préparé une jolie carte-cadeau si vous souhaitez offrir des abonnements...

Le journal Mefia Te ! passe du papier au grand écran

L’équipe du Journal Mefia Te !, le journal de la Basse-Marche, propose un nouveau rendez-vous : les « ciné-débats Mefia Te ! ». Souhaitant aborder sous...

Colère noire, couleur clarinette

Samedi après-midi 3 septembre 2022, 16h, au sortir de l’école de musique de Bellac. Je suis entouré de jeunes musiciennes en larmes,...

Masque obligatoire dans les rues de Bellac : voyage en Absurdistan

Bellac. Petite bourgade de 3.500 habitants, à peine. Concernée par l’épidémie de COVID au même titre que toutes les autres communes de...