La Basse-Marche, pays de Cocagne

Souverainté alimentaire… Encore une lubie de bobos-écolos agités du local ? Un truc de survivalistes attendant la fin du monde ? C’était peut-être vrai dans le monde d’avant, mais le confinement débuté en mars 2020 a complètement rebattu les cartes sur ce sujet. À en juger par la ruée sur les rayons de pâtes de nos supermarchés en début de confinement, il semblerait que cette notion interpelle le bon sens populaire. C’est comme si tout le monde avait eu l’intuition de la fragilité de nos chaînes d’approvisionnement alimentaire. Comme si le blocage de l’économie qui a suivi la crise de la Covid nous avait fait prendre conscience que l’abondance que nous offre le commerce mondialisé ne tient qu’à un fil. Et cette apparition sur le devant de la scène des notions de souveraineté et de résilience alimentaire n’est pas que la conséquence d’un réflexe sécuritaire face à la crainte de pénurie. Elle correspond aussi à l’expression d’un désir de proximité, de traçabilité, de qualité qui s’enracine de plus en plus chez les consommateurs que nous sommes. Les producteurs locaux ont eux aussi été pris d’assaut, au point de ne plus pouvoir fournir. La souveraineté alimentaire ne se décrète pas, elle nécessite un immense effort collectif.

Alors on a voulu en causer, à l’échelle de la Basse-Marche. C’est une question complexe, d’abord du point de vue du consommateur. Sur le papier bien sûr, la plupart d’entre nous aimerait pouvoir consommer principalement des produits locaux. Seulement voilà, ce n’est pas si simple de s’approvisionner en circuit court, à la fois en terme de logistique – pas toujours le temps de faire la tournée des producteurs ! – mais aussi en terme de budget évidemment, et d’envie, tout simplement. À titre individuel, nous sommes plein de contradictions, mais il y a de l’espoir ! Sans aller jusqu’à des recettes 100% bas-marchoises, comme dans la BD taquine qui ouvre ce dossier, les comportements changent, doucement.

Les agriculteurs du territoire sont évidemment un maillon essentiel sur ces questions de souveraineté et de résilience alimentaires. Nous sommes donc allés discuter avec plusieurs d’entre eux, ayant tous des profils différents. Tous sont sensibles à ces questions, même si les circuits courts ne semblent pas la panacée, vu le décalage entre la production agricole locale et le nombre d’habitants. Mais la proximité d’un centre urbain comme Limoges pourrait être mieux exploitée, comme nous l’explique l’article d’un jeune universitaire qui s’est intéressé à la notion de « péréquation alimentaire » à l’échelle du département. La transformation est aussi une étape clé ; si le territoire a la chance de disposer de l’abattoir de Bellac, géré par la coopérative Limovin, sur les autres secteurs agricoles, nous sommes plus limités. L’impression qui se dégage de nos échanges, c’est que bien évidemment, les collectivités disposent de leviers essentiels et que sans volonté politique locale, il est difficile d’avancer. Les communes ont la main sur les cantines des écoles par exemple ; ailleurs en France, certaines mettent en place des régies municipales pour la production de légumes à destination de la restauration collective, ou bien appuient la mise en œuvre d’outils de transformation adaptés aux demandes des producteurs, de façon à mieux répondre aux consommateurs. Ici, la Communauté de Communes et le Pays se saisissent du sujet, mais c’est encore tout récent, et nous attendons avec impatience la mise en œuvre d’actions concrètes, tout comme nous comptons sur vous, consommateurs, pour essayer de faire bouger les lignes… Un territoire, ça se pense aussi par le biais de nos assiettes ! Alors, la Basse-Marche, pays d’abondance, pays de Cocagne ?

Dossier à lire dans Mefia Te! numéro 7…

ARTICLES RECENTS
Extrait

Le mille-feuille de l’automne

Au moment où nous écrivons ces lignes, l’automne est déjà bien entamé. En sillonnant les routes et les chemins de Basse-Marche, on...
>
Extrait

Pars à deux pas, dis !

Par un heureux hasard, nous avons reçu deux propositions d’articles similaires venant de deux différentes familles de lecteurs et de lectrices de...
>
Extrait

Éteignez vos moteurs ! respirez le bonheur !

« Une Vélorution à Bellac ? J’y crois pas ! » Et pourtant… Ça bouge pour le vélo sur notre territoire, et...
>

LE BLOG >

FRONT POPULAIRE ET PAYSAN EN HAUTE-VIENNE !

Plus de 150 paysan-nes, salarié-es et retraité-es agricoles soutiennent Manon Meunier et les députés sortants du Nouveau Front Populaire.

Au village sans prétention, l’école a mauvaise réputation

Chaque année, sur notre territoire, des classes et des...

Ciné débat « Qu’est-ce qu’on attend ? » 1er juin, à 20h

2053 : Retour vers le futur pour le journal Mefia Te ! L’équipe du journal...

« S’abstraire du principe de réalité »

La semaine dernière, lors de son intervention télévisée du mercredi 22 mars 2023, le Président de la...

5 € tous les 3 mois, c’est cher ?

Touche pas au grisbi ! Au moment de payer votre journal chez votre vendeur de presse préféré, vous...

Dernière ligne droite avant Noël -> offrez de la lecture locale !

Idée cadeau ! Psst, on vous a préparé une jolie carte-cadeau si vous souhaitez offrir des abonnements...

Le journal Mefia Te ! passe du papier au grand écran

L’équipe du Journal Mefia Te !, le journal de la Basse-Marche, propose un nouveau rendez-vous : les « ciné-débats Mefia Te ! ». Souhaitant aborder sous...

Colère noire, couleur clarinette

Samedi après-midi 3 septembre 2022, 16h, au sortir de l’école de musique de Bellac. Je suis entouré de jeunes musiciennes en larmes,...