Cyberattaque majeure au Lycée Jean Giraudoux


De notre envoyée spéciale Ella Danlosse

Quelle ne fut pas la surprise pour les élèves et leurs parents de constater qu’une large partie des échanges, notamment avec certains enseignants, étaient impossibles aujourd’hui ! Tous les systèmes sont concernés : Pronote, ENT, mails… Les menaces semblent venir de partout ! En pleine continuité pédagogique, il semblerait que des hackers se soient attaqués aux serveurs et plateformes du Lycée Jean Giraudoux à Bellac.

Des messages sont envoyés en russe, chinois, néerlandais, grec, coréen… Les élèves sont démunis, les professeurs ne comprennent pas, le standard du lycée est dépassé. Nous avons réussi à contacter M. Guy Lee, professeur au lycée, qui a dû s’exprimer toute la matinée au moyen d’émoticônes : « Je ne comprends pas, nous en sommes à la semaine 3 du confinement et les outils numériques semblaient tenir la route à peu près cette semaine… ».

L’informaticien du lycée est aux fraises

Contacté par les réseaux sociaux, Sacha Touille, élève de 1ère, relativise la situation : « Ça ne change pas grand-chose à vrai dire, vu qu’on a toujours du mal à les comprendre… ». Une source proche de la direction du lycée, souhaitant conserver l’anonymat, nous a révélé que la situation était prévisible, l’informaticien chargé de la maintenance des réseaux ayant été envoyé à la cueillette des fraises en début de semaine dernière.

La raison reste obscure.

On peine encore à en comprendre la raison, mais il ne fait nul doute que les enjeux sont considérables. Certains, parmi les élèves, penchent pour une explication pédagogique : « Les profs de langue n’en pouvaient plus des traducteurs automatiques. Je pense qu’ils ont été aidés du prof de SNT pour pirater le système et changer toutes les langues. Histoire qu’on comprenne la leçon. Au moins, c’est bien, maintenant, on sait comment ils se sentent… » (Rémi Scion, élève de 2nde). Agathe Zeblouse, professeure de l’établissement, est quant à elle plus pessimiste : « En ces temps viraux, il faut s’attendre à tout… On ne sait sans doute pas tout. Le ministre de l’Education Nationale lui-même a confirmé les attaques informatiques russes… Le confinement mondial nous réserve sans doute encore des moments difficiles. »

« En ces temps viraux, il faut s’attendre à tout… On ne sait sans doute pas tout. Le ministre de l’Education Nationale lui-même a confirmé les attaques informatiques russes… Le confinement mondial nous réserve sans doute encore des moments difficiles. »

Agathe Zeblouse, professeure au Lycée Jean Giraudoux

ARTICLES RECENTS
Extrait

Éteignez vos moteurs ! respirez le bonheur !

« Une Vélorution à Bellac ? J’y crois pas ! » Et pourtant… Ça bouge pour le vélo sur notre territoire, et...
>
Extrait

Fichues affiches !

Vous connaissez la chanson « J’suis snob », de Boris Vian ? On y a pensé en lisant cet article Rurââleur, qui...
>
Accès libre

Mefia Te ! c’est toi !

Il paraît que l’âge de raison, c’est autour de sept ans. On a donc de la marge : en 2024, on fêtera...
>

LE BLOG >

Au village sans prétention, l’école a mauvaise réputation

Chaque année, sur notre territoire, des classes et des...

Ciné débat « Qu’est-ce qu’on attend ? » 1er juin, à 20h

2053 : Retour vers le futur pour le journal Mefia Te ! L’équipe du journal...

« S’abstraire du principe de réalité »

La semaine dernière, lors de son intervention télévisée du mercredi 22 mars 2023, le Président de la...

5 € tous les 3 mois, c’est cher ?

Touche pas au grisbi ! Au moment de payer votre journal chez votre vendeur de presse préféré, vous...

Dernière ligne droite avant Noël -> offrez de la lecture locale !

Idée cadeau ! Psst, on vous a préparé une jolie carte-cadeau si vous souhaitez offrir des abonnements...

Le journal Mefia Te ! passe du papier au grand écran

L’équipe du Journal Mefia Te !, le journal de la Basse-Marche, propose un nouveau rendez-vous : les « ciné-débats Mefia Te ! ». Souhaitant aborder sous...

Colère noire, couleur clarinette

Samedi après-midi 3 septembre 2022, 16h, au sortir de l’école de musique de Bellac. Je suis entouré de jeunes musiciennes en larmes,...

Masque obligatoire dans les rues de Bellac : voyage en Absurdistan

Bellac. Petite bourgade de 3.500 habitants, à peine. Concernée par l’épidémie de COVID au même titre que toutes les autres communes de...