Courrier de lecteur – Une autre époque

Courriers de lecteurs


[Réaction de Bernard BERNERON à l’article « Histoire de l’hygiène populaire en Basse-Marche » – Mefia Te ! numéro 10]

Demeurant en Touraine (Amboise) depuis plus de 40 ans et ayant passé les 25 premières années de ma vie à Bessines-sur-Gartempe, j’ai entre 1967 et 1972 fréquenté en tant qu’interne le Lycée Jean-Giraudoux, époque où il était encore rue Chanzy, dépourvu aussi bien d’eau chaude que de douches, avec des dortoirs aux lits superposés pouvant contenir 80 personnes, pour le numéro 4, avec une demi armoire par personne et un seul wc à la turque !

Comme le dit la chanson, « c’était au temps où… » une fois par semaine (le jeudi et non le mercredi), nous nous rendions aux « nouveaux bains douches » à proximité du stade municipal Léo Lagrange, trousse de toilette et serviette sous le bras pour notre douche hebdomadaire… Une autre époque vous dis-je !

Non autorisés à y aller seuls, les élèves des classes de collège se rendaient aux dites douches accompagnés d’un pion et devaient se déshabiller dans le hall, une sorte de verrière, au vu et au su de tous. Les gens de l’extérieur, depuis le stade ou même la rue, avaient une vue imprenable sur ladite verrière.  En outre, le temps de douche était compté, ceci pour passer un maximum de gamins en un minimum de temps, la porte des douches étant ouverte à intervalles réguliers par le pion pour laisser la place « au suivant », comme le dit une autre chanson.

Je tiens aussi à rendre hommage à notre professeur de gymnastique de l’époque, Monsieur Morena qui, à partir de la seconde, nous laissait prendre une douche au gymnase après son cours, à la condition « d’être dans les temps » (c’était toujours mieux que rien !)

À noter aussi qu’à l’époque, les internes étaient, pour ceux qui sortaient en fin de semaine, présents au lycée du lundi matin jusqu’au samedi 16h30, le samedi après-midi n’ayant été « libéré » qu’à compter de l’année scolaire 69/70, la ligne jaune qui séparait la cour des garçons de celle des filles n’ayant, elle, été franchie qu’au moment des événements de 68 !
Bernard BERNERON

ARTICLES RECENTS
Extrait

Pars à deux pas, dis !

Par un heureux hasard, nous avons reçu deux propositions d’articles similaires venant de deux différentes familles de lecteurs et de lectrices de...
>
Extrait

Éteignez vos moteurs ! respirez le bonheur !

« Une Vélorution à Bellac ? J’y crois pas ! » Et pourtant… Ça bouge pour le vélo sur notre territoire, et...
>
Extrait

Le mille-feuille de l’automne

Au moment où nous écrivons ces lignes, l’automne est déjà bien entamé. En sillonnant les routes et les chemins de Basse-Marche, on...
>

LE BLOG >

Au village sans prétention, l’école a mauvaise réputation

Chaque année, sur notre territoire, des classes et des...

Ciné débat « Qu’est-ce qu’on attend ? » 1er juin, à 20h

2053 : Retour vers le futur pour le journal Mefia Te ! L’équipe du journal...

« S’abstraire du principe de réalité »

La semaine dernière, lors de son intervention télévisée du mercredi 22 mars 2023, le Président de la...

5 € tous les 3 mois, c’est cher ?

Touche pas au grisbi ! Au moment de payer votre journal chez votre vendeur de presse préféré, vous...

Dernière ligne droite avant Noël -> offrez de la lecture locale !

Idée cadeau ! Psst, on vous a préparé une jolie carte-cadeau si vous souhaitez offrir des abonnements...

Le journal Mefia Te ! passe du papier au grand écran

L’équipe du Journal Mefia Te !, le journal de la Basse-Marche, propose un nouveau rendez-vous : les « ciné-débats Mefia Te ! ». Souhaitant aborder sous...

Colère noire, couleur clarinette

Samedi après-midi 3 septembre 2022, 16h, au sortir de l’école de musique de Bellac. Je suis entouré de jeunes musiciennes en larmes,...

Masque obligatoire dans les rues de Bellac : voyage en Absurdistan

Bellac. Petite bourgade de 3.500 habitants, à peine. Concernée par l’épidémie de COVID au même titre que toutes les autres communes de...