Cyberattaque majeure au Lycée Jean Giraudoux


De notre envoyée spéciale Ella Danlosse

Quelle ne fut pas la surprise pour les élèves et leurs parents de constater qu’une large partie des échanges, notamment avec certains enseignants, étaient impossibles aujourd’hui ! Tous les systèmes sont concernés : Pronote, ENT, mails… Les menaces semblent venir de partout ! En pleine continuité pédagogique, il semblerait que des hackers se soient attaqués aux serveurs et plateformes du Lycée Jean Giraudoux à Bellac.

Des messages sont envoyés en russe, chinois, néerlandais, grec, coréen… Les élèves sont démunis, les professeurs ne comprennent pas, le standard du lycée est dépassé. Nous avons réussi à contacter M. Guy Lee, professeur au lycée, qui a dû s’exprimer toute la matinée au moyen d’émoticônes : « Je ne comprends pas, nous en sommes à la semaine 3 du confinement et les outils numériques semblaient tenir la route à peu près cette semaine… ».

L’informaticien du lycée est aux fraises

Contacté par les réseaux sociaux, Sacha Touille, élève de 1ère, relativise la situation : « Ça ne change pas grand-chose à vrai dire, vu qu’on a toujours du mal à les comprendre… ». Une source proche de la direction du lycée, souhaitant conserver l’anonymat, nous a révélé que la situation était prévisible, l’informaticien chargé de la maintenance des réseaux ayant été envoyé à la cueillette des fraises en début de semaine dernière.

La raison reste obscure.

On peine encore à en comprendre la raison, mais il ne fait nul doute que les enjeux sont considérables. Certains, parmi les élèves, penchent pour une explication pédagogique : « Les profs de langue n’en pouvaient plus des traducteurs automatiques. Je pense qu’ils ont été aidés du prof de SNT pour pirater le système et changer toutes les langues. Histoire qu’on comprenne la leçon. Au moins, c’est bien, maintenant, on sait comment ils se sentent… » (Rémi Scion, élève de 2nde). Agathe Zeblouse, professeure de l’établissement, est quant à elle plus pessimiste : « En ces temps viraux, il faut s’attendre à tout… On ne sait sans doute pas tout. Le ministre de l’Education Nationale lui-même a confirmé les attaques informatiques russes… Le confinement mondial nous réserve sans doute encore des moments difficiles. »

« En ces temps viraux, il faut s’attendre à tout… On ne sait sans doute pas tout. Le ministre de l’Education Nationale lui-même a confirmé les attaques informatiques russes… Le confinement mondial nous réserve sans doute encore des moments difficiles. »

Agathe Zeblouse, professeure au Lycée Jean Giraudoux

ARTICLES EN RELATION
ARTICLES RECENTS
Accès libre

Mefia Te ! reprend le chemin du collège

Une invitation au collège Louis Jouvet de Bellac par les élèves de sixième C ? Ça ne se refusait pas. On était...
>
Accès libre

Comment écrire le bas-marchois ?

Nouvel épisode de notre série d'articles sur le parler bas-marchois, avec aujourd'hui une épineuse question... Quelle idée aussi, de toujours vouloir écrire...
>
Accès libre

Covid et vie de couple # 1

Illustration Delphine Hue
>

LE BLOG >

Carte des services alimentaires du Haut-Limousin

Alors qu’une bonne partie de ses habitants se retrouve presque assignée à résidence, il faut que le Haut-Limousin continue de vivre :...

Cyberattaque majeure au Lycée Jean Giraudoux

De notre envoyée spéciale Ella Danlosse Quelle ne fut pas la...

Où trouver le numéro 3 de Mefia Te !

Voici la liste des points de vente de Mefia Te! n°3 !Merci aux bénévoles qui en assurent la distribution, et aux dépositaires...

Mobilisation générale !

À peine quatre mois après le lancement de votre nouveau journal local, les nombreux retours positifs nous ravissent, et une chose...

Les dépôts Mefia Te près de chez vous !

Voici la liste des lieux de dépôt évolutive pour le numéro 2 : BELLAC: Maison de la Presse, Magpresse,...

Soirée coquilles

Ambiance studieuse mais fébrile, car après cette dernière relecture, notre bébé part à l'impression... C'est pour très bientôt...

Un journal pour la Basse-Marche

Lancer un journal original qui permette de suivre tout ce qui se passe ici, en Basse-Marche, et qui contribue aussi à...