On n’est pas des moutons !


Bien que piètres astrologues, à l’heure où nous écrivons fébrilement les lignes de ce deuxième Mefia Te !, nous avons la conviction que cet été 2019 verra notre beau territoire briller sous le signe du mouton. Moutons au Dorat, bien sûr, avec le Mondial de tonte organisé pour la première fois en France. Moutons à Bellac également, avec le festival d’art urbain Colle des moutons, dont les œuvres ont donné un peu de peps au centre-ville bellachon, et c’est tant mieux. Du mouton encore au programme du Festival National de Bellac, sous forme de clin d’œil, et du mouton toujours avec le 20e Salon Tech Ovin, les 4 et 5 septembre à Bellac ! On en connaît qui sont au bord de l’indigestion ovine, mais l’équipe de Mefia Te !, que Panurge n’aurait pas reniée, s’est dit que la meilleure façon de coller à l’actualité locale était de vous offrir un deuxième numéro très ovin. Et encore, on aurait pu ajouter une rubrique « Comment faire un bon méchoui ? » Oui mais non.

Continuons à filer la métaphore ovine. Comme le mouton, l’homme est d’instinct grégaire, ce qui le pousse à vivre en troupeaux. Pour les ruraux que nous sommes, l’analogie entre le troupeau de moutons et la ville est évidente : dans les deux cas, ils sont très nombreux dans un espace réduit et de fait, ils forment une communauté. Mais ici, en Basse- Marche, dans cette contrée périphérique que les mauvaises langues qualifieraient de désert, comment crée-t-on du lien social ? C’est la question que nous avons voulu explorer dans le dossier de ce trimestre, en essayant d’y répondre à travers les différentes facettes que revêt cette notion de lien social. Construire des choses ensemble ; c’est pour nous un sujet fondamental qu’il nous paraissait important d’aborder dans la jeunesse de Mefia Te !.

Évidemment, nous prenons vos nombreux mots de soutien et les presque mille premiers exemplaires vendus comme un encouragement à poursuivre l’aventure de ce nouveau journal. Continuez à nous aider en achetant Mefia Te !, en vous abonnant et en nous envoyant vos idées et contributions. Mais surtout, continuez à faire vivre la Basse-Marche par vos initiatives et votre créativité. Car on a beau vivre au pays du mouton, on n’est pas des moutons !

ARTICLES RECENTS
Extrait

De jeunes archis au chevet de la Basse-Marche

Dans un de nos premiers numéros, on vous racontait comment les jeunes maçons bas-marchois s’en allaient travailler à...
>
Extrait

L’Histoire au fil de l’eau

Brame, Vincou, Gartempe, Issoire, etc. ; en Basse-Marche, pour ce qui est des cours d’eau, on est gâtés ! Raison de plus pour les...
>
Extrait

Une cagnotte en altitude

Rassembler une petite dizaine d’aventuriers pour partir gravir un sommet mythique à l’autre bout du monde, en vue de récolter des fonds...
>

LE BLOG >

Portrait # 5 – Alban

Et si on vous présentait les contributeurs de Mefia Te? Voici le jeune Alban, qui se présente comme collégien, musicien, VTTiste...

Portrait # 4 – Fanny

Et si on vous présentait les contributeurs de Mefia Te!, le journal de la Basse-Marche, en Haute-Vienne? Illustratrice, photographe, rédactrice,...

Portrait # 3 – Christine

Et si on vous présentait les contributeurs de Mefia Te!, le journal de la Basse-Marche, en Haute-Vienne. Voici Christine, une de...

Portrait # 2 – Michael

Et si on vous présentait les contributeurs de Mefia Te!, le journal de la Basse-Marche, en Haute-Vienne? Voici Michael, notre historien...

Portrait # 1 – Élodie

Et si on vous présentait les contributeurs de Mefia Te!, le journal de la Basse-Marche, en Haute-Vienne? Honneur aux jeunes, on...

Profs, Parents : je t’aime, je te hais

On est souvent pas loin de la crise de nerfs généralisée, ces jours-ci, même dans notre campagne reculée! Un sujet de prise...

Sainte Protocole et Dieu Programme

Dure semaine. Je n’apprécie pourtant pas les bipèdes. Ces êtres qui rivalisent d’ingéniosité pour éradiquer mes congénères, tout en s’extasiant devant un...

Carte des services alimentaires du Haut-Limousin

Alors qu’une bonne partie de ses habitants se retrouve presque assignée à résidence, il faut que le Haut-Limousin continue de vivre :...